top of page

Aider nos jeunes... et moins jeunes

Malgré tous les efforts des parents pour protéger leurs enfants, ceux-ci vivent des situations douloureuses, voire des traumatismes. Même un événement qui semble tout à fait anodin pour un adulte peut être un traumatisme pour un jeune. Souvenez-vous : ce n'est pas l'événement qui est traumatisant, mais la relation, l'intention que nous avons par rapport à l'événement.


Que fait la réduction des incidents traumatiques ? Elle permet au jeune de "traiter" ce qui s'est passé, et non de le supprimer ou de le bloquer. Elle empêche ensuite les souvenirs de se multiplier, à l'âge adulte, en établissant des liens inconscients entre les différents incidents. Cette méthode permet de soulager les jeunes plus rapidement que les adultes. Ils sont souvent plus aptes à contacter des événements enfouis. En d'autres termes, le "chemin de vie" à parcourir est plus court. (Pour en savoir plus sur le " réseau ", consultez https://www.ginamichaudtir.com/post/le-r%C3%A9seau-une-des-cause-de-la-lourdeur-de-certains-%C3%A9v%C3%A9nements?lang=fr


Le plus beau cadeau que l'on puisse faire à un être cher, à un ami, à un collègue est celui de l'écoute. L'impact positif de l'écoute est particulièrement important avec nos enfants. Nous dirons automatiquement que c'est ce que nous offrons aux gens qui nous entourent, mais la vérité est que nous avons du mal à VRAIMENT ÉCOUTER ; sans juger, sans interrompre, sans raconter notre propre histoire. J'adore cette youtube "comment apprivoiser le monstre des conseils". Si vous le pouvez, prenez le temps de la regarder.


Je viens de lire le livre "The Joy thief! A story of Trauma and Hope" écrit par Sean McCallum. Il explique aux enfants pourquoi nous portons parfois en nous quelque chose de difficile. En même temps, il illustre comment la réponse de l'adulte significatif dans leur vie peut avoir un effet énorme que le jeune portera en lui. Je vous invite à lire ce livre. Surtout si vous êtes parent, grand-parent, éducateur ou si vous travaillez avec des jeunes.


J'ai donc décidé de partager avec vous LE cadeau. Il suffira peut-être pour que l'événement "ne colle pas" à votre enfant.


Savoir écouter....aider, vraiment aider en ne disant rien !


Attitude et réactions :

*Hochez la tête pour que la personne sache que vous l'écoutez et que vous la comprenez. Non, cela ne signifie pas que vous approuvez. Nous sommes simplement en mode écoute.

*Si son attention semble toujours portée sur ce qui s'est passé, demandez-lui s'il veut le raconter à nouveau.

*Écoutez sans interrompre, sans régler la situation, sans raconter votre histoire, sans partager votre point de vue.

*Écoutez jusqu'à ce que son attention se porte sur le moment présent. Ne le/la forcez pas à continuer à en parler.


Bien qu’être silencieux est souvent suffisant, voici quelques questions possibles aux besoins:


*Veux-tu me dire ce qui s'est passé ?

*Y a-t-il autre chose qui s'est passé et que tu aimerais me raconter ?

*Qu'est-ce qui est le pire pour toi dans tout ça?

*A quoi pensais-tu à ce moment-là ?

*Qu'en penses-tu maintenant ?

*Voudrais-tu me le raconter de nouveau ?

*Y a-t-il quelque chose que nous devons faire ?


Comme toujours, je ne connais pas la valeur de tout ceci seulement en l'étudiant et en l'utilisant dans mon cabinet privé, mais en l'utilisant personnellement dans différentes situations. Essayez-le. Vous serez étonné !

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page